Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Prise en charge de la proprioception

Prise en charge de la proprioception

Le 01 janvier 2018

La proprioception, ou sensibilité profonde, qu'est-ce que c'est ?

Il s'agit en fait de la perception, consciente ou non, de la position des différentes parties du corps. Elle fonctionne grâce à de nombreux récepteurs musculaires et ligamentaires ainsi qu'aux voies et centres nerveux. 

Comment cela fonctionne ?

Le corps humain possède des capteurs ultra-sensibles, certains se situent dans le nez, la bouche et les oreilles. Ceux de la proprioception se trouvent dans les muscles, les tendons et les articulations. Ces derniers sont nommées les ''mécanorécepteurs' et permettent de détecter le moindre changement dans la position de nos articulations ainsi que la vitesse de nos mouvements. Les informations ainsi recueillies sont envoyées au cerveau qui les analyse pour que celui ci réagisse en contractant ou en relâchant certains muscles. 

Dans quelles situations elle peut être altérée ?

En cas de fatigue musculaire ou de blessures comme par exemple une entorse à la cheville ou au genou. Des problèmes neurologiques ou une scoliose peuvent également être en cause.

Le vieillissement est également à l'origine de problèmes proprioceptifs et d'équilibre, surtout chez les plus sédentaires, amenant souvent à des chutes à répétitions. Il s'agirait probablement dans ce cas d'un ralentissement des réactions d’équilibre. Ces problèmes sont souvent compensés par la vision mais celle ci reste un mécanisme d’adaptation qui a aussi ses limites.

Est-il possible d'améliorer sa proprioception ?

Dans un premier temps, il faut vérifier si les mécanorécepteurs fonctionnent bien et de façon symétrique. Lors de certaines blessures, ils ne guérissent pas toujours bien, car la proprioception n’est pas complètement récupérée. Dans ce cas, le risque de récidives est probable. Mais, dans un bon nombre de cas, on peut améliorer ou retrouver une proprioception normale car celle ci a une grande capacité d’adaptation et a souvent comme bénéfice simultané, une augmentation importante de l’équilibre.